Conférence de lancement de la deuxième enquête de l'UE sur les expériences et les perceptions de l'antisémitisme chez les Juifs dans l'UE


Conférence de lancement de la deuxième enquête de l'UE sur les expériences et les perceptions de l'antisémitisme chez les Juifs dans l'UE

 

Bruxelles

Lundi 10 décembre 2018 

En 2018, la Commission européenne a chargé l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne de mener une enquête sur les expériences de la communauté juive en ce qui concerne l'antisémitisme. Avec plus de 16 300 répondants issus de 12 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne, Suède et Royaume-Uni), dans lesquels vivent plus de 96 % des Juifs européens, il s'agit de la plus grande enquête de ce type jamais réalisée. 

À l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme, Věra Jourová, commissaire européenne pour la justice, les consommateurs et l'égalité des genres, Katharina von Schnurbein, coordinatrice de la Commission européenne en matière de lutte contre l'antisémitisme; Karoline Edtstadler, secrétaire d'État au ministère de l'Intérieur - Présidence autrichienne du Conseil de l'Union européenne, et Michael O'Flaherty, directeur de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne, ont présenté les résultats de l'enquête lors d'un événement au Conseil qui a réuni des représentants de communautés et d'organisations juives, des décideurs politiques des États membres, ainsi que des représentants de la société civile et des médias et des experts en matière de lutte contre le racisme et la discrimination.

« 70 ans après l'Holocauste, cela m'attriste profondément que 9 Juifs européens sur 10 estiment que l'antisémitisme a progressé au cours des cinq dernières années. La communauté juive devrait se sentir chez elle et en sécurité en Europe, que ce soit en se rendant à la synagogue ou en naviguant sur l'internet. La Commission agit de concert avec les États membres pour combattre la montée de l'antisémitisme, pour lutter contre la négation de l'Holocauste et pour garantir aux Juifs le plein soutien des autorités afin d'assurer leur sécurité » a précisé Mme Věra Jourová.

 

La présentation des résultats de l'enquête a été suivie d'une séance de questions-réponses entre Paul Kirby, BBC, et Ariel Muzicant, vice-président du Congrès juif européen, ainsi que d'une table ronde avec des représentants de la communauté juive issus des institutions : Ioannis Dimitrakopoulos, conseiller scientifique à l'Agence de l'Union européenne pour les droits fondamentaux, Hannah Rose, présidente de l'Union des étudiants juifs, Royaume-Uni, Katharina von Schnurbein, coordinatrice de la Commission européenne sur la lutte contre l'antisémitisme et Johanna Barasz, déléguée interministérielle chargée de la lutte contre le racisme, l'antisémitisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), France. Maram Stern, directeur général adjoint du Congrès juif mondial a conclu l'événement.

Selon les résultats de la dernière enquête de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne concernant l'antisémitisme sont particulièrement préoccupants: 85 % des Juifs européens considèrent l'antisémitisme comme le problème social ou politique le plus important dans leur pays. D'autres chiffres révèlent, entre autres, que l'antisémitisme est omniprésent et a une incidence sur la vie quotidienne des Juifs européens partout dans l'UE:

-          89 % des Juifs pensent que c'est sur l'internet et les médias sociaux que l'antisémitisme est le plus problématique;

-          28 % des répondants ont été victimes de harcèlement au moins une fois au cours de l'année écoulée;

-          79 % des Juifs ayant été victimes de harcèlement antisémite au cours de cinq dernières années ne l'ont pas signalé à la police ou auprès d'une autre organisation;

-          34 % évitent de participer à des manifestations juives ou de visiter des sites juifs car ils ne s'y sentent pas en sécurité;

-          38 % ont envisagé d'émigrer car ils ne se sentaient pas en sécurité en tant que Juifs en Europe;

-          70 % considèrent que les efforts des États membres pour lutter contre l'antisémitisme ne sont pas efficaces.

Pour rappel, le 6 décembre 2018, tous les pays de l'UE ont adopté à l'unanimité une "Déclaration sur la lutte contre l'antisémitisme et le développement d'une approche de sécurité commune pour mieux protéger les communautés et les institutions juives en Europe » signalant de manière importante que l'UE et chacun de ses États membres se tiennent aux côtés de la communauté juive pour garantir sa sécurité et son bien-être.

De plus, le 29 novembre 2018, l'UE a conclu un partenariat international permanent avec l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste. La participation de l'UE à cet organe international permettra une coopération plus étroite dans la lutte contre le négationnisme et la prévention du racisme, de la xénophobie et de l'antisémitisme.