Le Schisme : Les causes de la division

» Un guide de l’Islam pour les non-musulmans » Les sous divisions au sein de l’Islam » Le Schisme : Les causes de la division

Les sous divisions au sein de l’Islam


 

Le Schisme : Les causes de la division

Comme c’est le cas pour d’autres religions, comme le christianisme, l’Islam ne forme pas un tout monolithique, et connait une pluralité d’interprétations et de dénominations. Ces branches sont nombreuses, mais ont toutes pour socle commun le Coran. Il serait impossible de dresser ici une liste exhaustive des minorités cultuelles qui existent au sein même de la religion musulmane, c’est pourquoi nous nous limiterons aux trois plus grands courants : Le Sunnisme, le Chiisme et le Soufisme.


Le Schisme : Les causes de la division

Le Schisme qui s’opéra entre les sunnites et les chiites prend son origine dès les toutes premières années de l’Islam révélé. Après avoir porté son message dans toute l’Arabie, le prophète organisa les musulmans en un Etat islamique, il était devenu leur chef spirituel mais aussi politique. A sa mort, Mohammed n’avait laissé aucun fils, tous étaient morts en bas âge. Sa succession restait donc une question en suspens. Alors que la majorité des compagnons du Prophète voyaient son successeur en la personne d’Abu Bakr, un de ses fideles amis ; une minorité lui préféraient Ali, le gendre et cousin de Mohammed.
Ceux qui soutenaient Abu Bakr avait pour argument que le Prophète l’aurait choisi comme futur chef politique des musulmans. A l’inverse, ceux qui soutenaient Ali mettaient en avant le fait que de tous temps, Mohammed aurait fait de Ali son successeur spirituel (il est connu comme le premier imam).
Au final, Abu Bakr eut gain de cause et devint le premier Calife (leader politico-religieux). Ceux qui le suivirent ont donc été appelés les sunnites (ceux qui suivent la Sunna, c'est-à-dire ce que le prophète a dit, ordonné et fait), et ceux qui suivirent Ali ont été appelés les Chiites (Chi’a étant en arabe le terme qui signifie partisan, sous entendu ceux d’Ali).

Par la suite, Ali prêta finalement serment d’allégeance à Abu Bakr, et devint le quatrième Calife. S’en suivirent des guerres intestines qui menèrent à l’assassinat d’Ali, et à la division définitive au sein de l’Islam.
Ce qui au départ n’était qu’une division d’ordre politique prit par la suite une teinte théologique. Les Chiites et les sunnites gardèrent le Coran comme fondation commune de leur foi, mais prirent des chemins différents en ce qui concerne la pratique, les coutumes et l’organisation du culte.