Yad Vashem et le Projet Aladin lancent une initiative commune


 

 

Un groupe de 25 universitaires turcs qui enseignent dans des universités publiques ou privées du pays, a participé à un séminaire de formation organisé à Istanbul conjointement par le Projet Aladin et Yad Vashem. Ce programme organisé sur trois ans, vise à former des spécialistes de l’enseignement de la Shoah dans les universités turques.

Le programme soutenu par International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA), destiné aux universitaires turcs, comporte cinq parties.

Durant ce séminaire qui a eu lieu le 24 octobre dernier, qui constitue la première étape du programme, les participants ont écouté des conférences sur l'enseignement de l'Holocauste et de l'antisémitisme. Les Ambassadeurs Ertan Tezgör et Sir Andrew Burns sont brièvement intervenus, puis Richelle Budd Caplan, directeur du département Europe de l’École Internationale de Yad Vashem pour l'étude de l'Holocauste a présenté les grandes lignes du projet et a parlé d’un atelier sur la mémoire de l'Holocauste dans une école d’ arts graphiques.

Abe Radkin, directeur exécutif du Projet Aladin, a parlé de "la Turquie et l'universalité de l'enseignement de l'Holocauste : les perspectives du Projet Aladin", tandis que le Dr David Silberklang, historien émérite de Yad Vashem a donné une conférence sur "les enjeux de l'étude de l'Holocauste". Les participants ont également bénéficié d'un exposé très intéressant sur l'histoire de l'antisémitisme par le Dr Kathrin Meyer, secrétaire exécutif de International Holocaust Remembrance Alliance.

Lors de la deuxième partie du programme, à partir de janvier 2014, les participants pourront suivre la formation en ligne. Puis, en juin 2014, le groupe se rendra à Jérusalem pour un séminaire d'une semaine à l'école internationale de Yad Vashem pour l'étude de l'Holocauste. Pendant la quatrième partie du programme, ils mettront en œuvre des programmes éducatifs dans leurs Universités respectives. Enfin, en février 2015, la clôture du programme donnera lieu à une vidéo-conférence, récapitulant l'ensemble du programme et réunissant tout le groupe d'enseignants afin d'évaluer les résultats à moyen-long termes.

Les universitaires qui participent à ce programme sont, chacun dans leur domaine, parmi les meilleurs de Turquie. Leur participation active aux débats et leur intérêt pour le sujet a impressionné les chercheurs invités. Après avoir vu quelques panneaux réalisés pour Yad Vashem parl'école d'arts graphiques Wizo, voici quelques-unes de leurs réactions :

"J’ai visité la maison d'Anne Frank avec ma fille de six ans qui a été très impressionnée par l'histoire d'Anne et cela m'a fait beaucoup réfléchir. Je suis également préoccupé par l'enseignement de l’intolérance dans les écoles."

"Albert Einstein a écrit à Atatürk en 1933 pour demander à la Turquie d'envisager d'accueillir des universitaires juifs allemands. Ce groupe de professeurs allemands a fortement contribué au développement de l'enseignement supérieur et technique en Turquie. Cela a créé un lien."

"Je suis frappé par le fait que « quelqu'un » peut soudainement devenir « personne » en raison de sa race. Les nazis étaient des gens éduqués, alors comment ont-ils pu adhérer à l'idée de transformer "quelqu'un" en "personne" ? Je m'intéresse aussi à ce sujet car je veux travailler à la prévention de tels comportements à l'avenir."

"Je fais des recherches sur Hannah Arendt et je suis très intéressé par ce sujet."