Varsovie inaugure son musée de l'Histoire des juifs polonais


 

28/10/2014

Le musée de l’Histoire des juifs polonais, ouvert depuis 2013, est inauguré mardi à Varsovie, en Pologne, par les présidents israélien et polonais. Avant la Seconde Guerre mondiale, le pays hébergeait la plus grande communauté juive d’Europe.

Le président polonais, Bronislaw Komorowski, et son homologue israélien, Reuven Rivlin, se retrouvent mardi 28 octobre à Varsovie, en Pologne, pour inaugurer le Musée de l’Histoire des juifs polonais. Sans attendre cette cérémonie officielle, depuis son ouverture, en avril 2013, le musée a déjà accueilli plus de 400 000 visiteurs.

Le bâtiment du musée, construit sur le terrain de l’ancien ghetto juif, est en lui-même un symbole. Dessiné par les Finlandais Rainer Mahlamaeki et Ilmar Lahdelma, il est doté d’une façade en verre coupée par une grande brèche qui évoque le passage de la mer Rouge par les juifs.

L’exposition permanente a été financée par des donateurs privés, juifs de la diaspora et Polonais, qui ont réuni 33 millions d'euros. Le bâtiment, en revanche, a été construit et payé par la ville de Varsovie et le ministère polonais de la Culture qui ont déboursé 42,5 millions d'euros.

Selon la directrice des programmes, Barbara Kirshenblatt-Gimblett, le musée cherche à raconter le passé de la communauté juive de Pologne, dont l’horreur de l’Holocauste, mais sans en faire l’unique fil conducteur.

La communauté juive de Pologne a été particulièrement touchée par les crimes nazis. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, un citoyen polonais sur dix était juif, soit 3,3 millions de personnes. Ils n'étaient plus que 200 000 à 300 000 en 1945. Beaucoup ont émigré depuis. La communauté juive de Pologne compte aujourd'hui environ 7 000 membres actifs, alors qu'ils sont à peine quelque dizaines de milliers.

"Il y a de l'antisémitisme ici, comme partout"

La création du musée a coïncidé avec un mouvement inattendu de prise de conscience de la troisième génération de descendants des juifs ayant survécu à l'extermination. Une pièce de théâtre intitulée " The Hideout " (la cachette), dont la première a eu lieu samedi à Varsovie, expose la découverte par cette génération du passé de leur famille à travers de brèves histoires de personnes restées cachées pendant deux ans, sous l’occupation nazie.

Le musée de l’Histoire des juifs polonais se donne également pour but d’améliorer les relations entre juifs et Polonais. "Il y a de l'antisémitisme ici, comme il y en a malheureusement partout", constate le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich. "Mais son niveau est plus bas en Pologne que dans des pays tels que la France, l'Autriche ou la Hongrie, grâce à l'enseignement du pape Jean Paul II. Et le musée contribuera certainement à le réduire encore.