REMISE DU PRIX SELIGMAN CONTRE LE RACISME, L'INJUSTICE ET L'INTOLÉRANCE À M. ALAIN CHOURAQUI


 24 FÉVRIER 2017
« Le combat pour les droits de l'Homme n'est jamais gagné, mais il n'est jamais perdu non plus, à condition de le mener. Menons- le donc, sans tarder encore, contre les extrémismes identitaires nationalistes et religieux, et leur cortège d'intolérances, de racismes et d'injustices ». Tel est le message de vigilance et d’action citoyennes lancé par Alain Chouraqui, lauréat du Prix Seligmann 2016, contre le racisme, l’injustice et l’intolérance, pour son ouvrage :
« POUR RÉSISTER ... à l’engrenage des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme » lors de la cérémonie de remise du prix, à La Sorbonne, par le Recteur Pecout, Chancelier des Universités, et par Monsieur Pierre Joxe, ancien ministre et président de la Fondation Seligmann, devant les 230 personnes présentes, hautes personnalités représentant l’Elysée, Matignon, les ministères concernés, ainsi que des jeunes gens des lycées Jules Ferry et Colbert.
Alain Chouraqui développa ensuite sa « profonde satisfaction pour le soutien ainsi apporté à la pédagogie de ce livre, mais aussi sa tristesse devant l'actualité brûlante de cet outil citoyen, et surtout sa combativité avec cette Arme de l’esprit. »
 
Comme une forte illustration de cet engagement nécessaire, Pierre Joxe évoqua le parcours extraordinaire de Françoise Seligmann, dont la résistance et toute une vie au service des valeurs démocratiques confirment que face aux intolérances, chacun peut réagir, chacun peut résister, chacun à sa manière.
 
« Ce livre me paraît indispensable dans les débats qui agitent notre société. Il tire les leçons de l’Histoire pour mettre en garde chaque citoyen contre des penchants qui nous guettent tous, et qui peuvent nous conduire à l’abîme, » souligna Guy Snanoudj, rapporteur du jury du Prix Seligmann. Gilles Pecout, Recteur de la région académique Île-de-France et de l'académie de Paris, rappela quant à lui que les autres ouvrages pressentis étaient aussi de grande qualité mais il souligna que le livre retenu « représente un vrai travail sur l’histoire ouvert vers un exercice de pédagogie citoyenne. »
 
La démarche scientifique et citoyenne retenue dans cet ouvrage par Alain Chouraqui prend en effet un relief particulier dans un contexte national et international marqué par la montée des extrémismes identitaires qui alimentent des engrenages individuels, collectifs et institutionnels menaçant la démocratie.
 
Son décryptage pluridisciplinaire, fondé sur l’histoire tragique des grands génocides, montre comment de tels processus peuvent encore mener au pire, mais il éclaire aussi sur les capacités d’y résister.