Obama : "plus jamais" est plus qu'un slogan vide de sens


20/04/2012

Jeudi, le 19 avril 2012, la Maison Blanche a publié une déclaration dans laquelle le président déclaré : "en cette journée de la Shoah, je me joins aux gens de toutes confessions à travers les Etats-Unis, Israël et partout dans le monde, pour rendre hommage à ceux qui ont souffert de la Shoah, une horrible crime sans précédent dans l'histoire humaine."

"Nous honorons la mémoire de six millions d'innocents, de femmes et d'enfants qui ont été envoyés à la mort tout simplement parce qu'ils sont juifs. Nous nous tenons avec ceux qui ont combattu dans les ghettos et dans les camps, contre toute attente."

Le président a également abordé le fait que cette année les Etats-Unis marquent le 100e anniversaire de la naissance de Raoul Wallenberg, disant : "nous sommes emplis d'humilité par les sauveteurs qui ont refusé d'être des spectateurs du mal."

Il a ensuite ajouté : "en ce jour, et tous les jours, nous devons faire plus pour nous souvenir. Nous devons comprendre que 'plus jamais' est plus qu'un slogan vide de sens. En tant qu'individus, nous devons nous prémunir contre l'indifférence dans nos cœurs et nous reconnaître dans nos frères humains."

Le président a également abordé la récente hausse des crimes motivés par la haine et l'antisémitisme et a noté que "en tant que sociétés, nous devons nous tenir contre l'ignorance et l'antisémitisme, y compris contre ceux qui essaient de nier l'Holocauste. En tant que nation, nous devons faire tout notre possible pour prévenir et mettre fin aux atrocités de notre temps."

"C'est le travail que je vais mettre en évidence quand je me joindrai aux survivants et à leurs familles au mémorial de l'Holocauste des Etats-Unis lundi. Ce doit être l'œuvre de nous tous, en tant que nations et peuples qui chérissent la dignité de chaque être humain."

Le Pentagone a également tenu une cérémonie de commémoration au cours de laquelle le secrétaire à la défense, Léon Panetta, a déclaré que les Etats-Unis et le reste du monde doivent vivre avec le fardeau de savoir qu'ils n'ont pas sauvé six millions de juifs.

Pendant ce temps, le Congrès américain a marqué la Journée de l'Holocauste au cours de sa séance de jeudi.

L'ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis, Michael Oran, s'est adressé au Congrès et a mis en garde contre les similitudes entre le climat d'avant-guerre et la situation actuelle.

"L'histoire humaine est remplie d'atrocités, de massacres et de guerres, mais rien ne peut être assimilé à l'énormité de la Shoah," a-t-il dit. "Elle est unique, de manière profonde et insupportable."

L'héritage de la Shoah, a-t-il ajouté, "nous apporte un double devoir. Tout d'abord, nous ne devons pas permettre que la mémoire des six millions soit banalisée. Mais, paradoxalement, notre second devoir est d'empêcher qu'un autre Holocauste se produise."