MIEUX SE CONNAÎTRE POUR ACCEPTER L’AUTRE


03/04/2013

Jacques Chirac, président du comité de parrainage du projet Aladin qui se veut un pont de la connaissance entre Juifs et Musulmans, a tenu à adresser un message saluant ce genre de manifestation dont l’ambition est «d’agir pour la paix par le dialogue des cultures». L’ancien président prend d’ailleurs pour exemple le Royaume qui, selon lui, montre la voie à tous en matière de tolérance.

Plusieurs points ont été évoqués lors de cette rencontre dont l’apport aussi bien culturel que social du mélange des cultures à la base de la fondation de toute civilisation. Selon Rachid Benmokhtar, Président de l’Observatoire National du Développement Humainet ancien ministre de l’Education nationale, chacune de nos sociétés actuelles s’est enrichie du phénomène d’hybridation. Avec pour appui, l’exemple de l’apport culturel arabo-musulman dans l’Espagne d’aujourd’hui ou encore celui des colonies françaises dans L’Hexagone.

Autre volet important dans le débat: l’importance de réformer l’éducation pour apporter une meilleure connaissance de soi. Un point de départ nécessaire pour plus de tolérance envers l’autre. L’historien et professeur Jamâa Baida a, dans cette mesure, évoqué la nécessité d’une révision des manuels scolaires. En effet, selon le chercheur, les livres d’histoire, pour ne prendre que cet exemple, n’en sont pas. Ils traitent plus de la mémoire, ce qui peut déboucher sur des dérives, celle-ci étant subjective et chargée d’émotion.

Les anciens ministres français Jean-Pierre Chevènement et Jack Lang étaient également programmés en tant qu’intervenants, mais ils ont dû s’excuser de leur absence du fait de la visite de François Hollande, qui commence dès aujourd’hui à Casablanca.