Message d'Anne-Marie Revcolevschi,Présidente du Projet Aladin


 

MESSAGE D’ANNE-MARIE REVCOLEVSCHI

Présidente du Projet Aladin

 

Chers étudiantes, chers étudiants,

Je regrette de ne pouvoir assister cette année ni à l’ouverture de notre Université d’été ni à sa clôture, en particulier lorsque vous nous présenterez vos projets de recherche : c ‘est donc à travers ces lignes écrites que je souhaite vous dire quelques mots, précisément sans images.

Au nom des mêmes valeurs de paix, de vérité, de justice et de la Connaissance qui guident les fondateurs du Projet Aladin et nos différents partenaires, les précédentes promotions des Universités d’été de 2013 et 2014, ont étudié et réfléchi ensemble à deux questions : les deux grandes guerres mondiales du XXème siècle, l’holocauste et la construction d’une Europe de paix,  puis la question des religions, sources de conflits ou de fraternité. Elles ont ensuite mené des projets de recherche très divers mais toujours passionnants.

Aujourd’hui, troisième promotion, vous êtes réunis pour réfléchir à un autre sujet : les images et leur pouvoir. Un sujet  central, choisi par nous, bien avant que la France ait été, en janvier 2015, frappée par des actes terroristes et antisémites: l’assassinat de caricaturistes, au motif que les images qu’ils dessinaient étaient jugées offensantes, l’assassinat de juifs, au motif d’un imaginaire menaçant !

Comme les étudiants qui vous ont précédés, vous venez d’horizons, de cultures, de backgrounds divers, ce qui est bien l’objectif de ces Universités d’été ;  la lecture attentive de vos parcours montre ce que vous avez tous en commun : l’importance du savoir et, dans un monde que vous savez globalisé, la volonté, en complément des professions que vous exercerez, d’être des acteurs capables de résoudre les problèmes, tensions, conflits, guerres, qui déchirent nos pays.

Alors, à ce sujet, laissez-moi revenir au thème des images. Les images font écran au visage de celui qui nous ressemble. Trompeuses, elles sont souvent nos pires ennemies ! L’image que l’on veut donner de soi. L’image que l’on se fait d’autrui. L’image, arme de propagande, l’image qui endort, manipule et finit par armer le bras d’un assassin. Pourtant, elles sont aussi la porte vers l’espoir et la liberté. Réussir à traverser l’écran, l’écran de la télévision, de l’ordinateur ou du smartphone, l’écran du préjugé, l’écran des idéologies, l’écran des superstitions, l’écran du fanatisme, l’écran de  l’ignorance, voilà notre défi ! Il nous faut, en effet, parvenir à vaincre ce pouvoir des images qui nous rend vulnérables, comme ces marionnettes dont les fils sont tirés par ceux qui se cachent derrière….. tous ces écrans !

Le monde a oublié les leçons d’Auschwitz et la barbarie fait rage. Les religions censées élever et relier les hommes, aujourd’hui les divisent. Les images censées embellir la laideur de la réalité, aujourd’hui, ont le pouvoir de tuer ! Bref, si l’intelligence et le cœur ne les décryptent pas, elles sont capables du meilleur et du pire.

Chers étudiantes et étudiants, pendant deux semaines, vous allez étudier, réfléchir, discuter, argumenter mais aussi vous promener et rire. Aussi, je veux vous souhaiter, à chacun et chacune, de découvrir dans ceux et celles que vous pensiez au début, si  différents, si étrangers, des personnalités qui vous ressemblent et avec lesquelles vous allez pouvoir poursuivre cette aventure d’un monde meilleur à construire ensemble.                                                                                                                

« Dans un incendie, si je devais choisir entre sauver un chat et un Rembrandt, je sauverais le chat »  Alberto Giacometti. Qu’en pensez-vous ?