Manuel Valls présente un plan de 100 millions d'euros contre le racisme et l'antisémitisme


17/04/15

Manuel Valls a présenté ce vendredi un plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, très attendu dans un contexte de recrudescence des actes antimusulmans et antisémites. Ce plan est doté de « 100 millions d’euros sur trois ans », selon le document officiel remis à la presse. Il comprend 40 mesures articulées autour de la justice, d’internet et de l’éducation, en faisant du racisme et de l’antisémitisme une « circonstance aggravante » pour tous les crimes et délits, en intégrant la répression des discours de haine au droit pénal général et en donnant la possibilité d’actions de groupe contre les discriminations.

« Le racisme, l’antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l’homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays », a souligné le chef du gouvernement. Il a assuré que « les Français juifs ne devaient plus avoir peur d’être juifs » et que « les Français musulmans ne devaient plus avoir honte d’être musulmans ».

Pour faire ces annonces, le Premier ministre s’est rendu à Créteil, théâtre d’une violente agression antisémite en décembre, lorsqu’un couple avait été séquestré à son domicile, la jeune femme violée et leur appartement cambriolé. Il est pour l’occasion accompagné de Najat Vallaud-Belkacem (Education), Christiane Taubira (Justice), Bernard Cazeneuve (Intérieur), Fleur Pellerin (Culture), Myriam El Khomri (Ville) et du délégué interministériel à la Lutte contre le racisme et l’antisémitisme, Gilles Clavreul.