L’Iran lance un concours de caricatures sur l’Holocauste en réponse à “Charlie Hebdo


02/02/2015

D’après le sérieux journal iranien de langue anglaise The Tehran Timesl’Iran a décidé d’organiser un concours de caricatures sur l’Holocauste pour “protester” contre la une du dernier numéro de Charlie Hebdo dit “des survivants”. La désormais célèbre Une figure un Mahomet la larme à l’œil tenant une pancarte “Je suis Charlie”, surmonté d’un “Tout est pardonné”.

Masud Shojaei-Tabatabaii, secrétaire du concours et directeur de la Maison de la bande dessinée iranienne, a déclaré samedi 31 janvier lors d’une conférence de presse, que les contributions seraient acceptées à l’échelle internationale jusqu’au 1er avril. Le gagnant remportera la somme de 12 000 dollars (soit 10 600 euros). Les participants arrivant en deuxième et troisième positions recevront respectivement 8 000 (7 000 euros) et 5000 dollars (4 400 euros). Une sélection d’œuvres sera présentée au musée d’Art contemporain palestinien de Téhéran ainsi que dans d’autres lieux d’exposition de la ville.

Ce concours a déjà eu lieu une première fois en Iran, en 2006. A l’époque, Mahmoud Ahmadinejad avait voulu répondre à la publication de caricatures de Mahomet dans le journal danois Jyllands-Postens, puis dans plusieurs journaux européens dont Charlie Hebdo. Un article du Guardian datant de 2006 rapportait alors que 750 œuvres environ avaient été réceptionnées du monde entier, dont certaines en provenance des Etats-unis et de la Grande-Bretagne. Parmi elles: un portrait d’Ariel Sharon en uniforme SS ; un tableau représentant un homme juif sous les traits d’un vampire s’abreuvant à un conteneur marqué d’un “sang palestinien”, ou encore une œuvre montrant un homme arabe empalé au bout du long nez d’un homme portant un chapeau noir frappé du mot “holocauste”…

Le tableau ayant remporté le premier prix, signé du Marocain Abdellah Derkaoui, représentait la construction d’un mur sur lequel était dessiné le camp d’Auschwitz encerclant le sanctuaire musulman du Dôme du Rocher à Jérusalem. Tabatabai avait tenté de justifier le concours à The Observeren avançant: “Pourquoi serait-il acceptable que l’on caricature le prophète Mahomet dans les pays occidentaux alors que dès qu’une question est soulevée concernant l’Holocauste, on distribue des amendes et des peines de prison?

Comme le rappelait alors très justement The Atlantic“il y a une différence entre dessiner une caricature offensante et participer à la négation d’un fait historique“. En 2005, Mahmoud Ahmadinejad avait qualifié l’Holocauste de “mythe”. L’année suivante, l’Iran avait tenu une conférence internationale destinée à “réviser la vision internationale de l’Holocauste”.