LES DYNAMIQUES ET LES DÉFIS DE LA MIGRATION ET DES RÉFUGIÉS DANS UN MONDE GLOBALISE


Conférence de lancement des Université d’été pour le rapprochement interculturel

Bahçeşehir University, Istanbul

 

Lundi 9 juillet 2018

 

LES DYNAMIQUES ET LES DÉFIS DE LA MIGRATION ET DES RÉFUGIÉS

DANS UN MONDE GLOBALISE 

 

L’université de Bahçeşehir a accueilli la conférence d’ouverture de la sixième université d’été du Projet Aladin organisée du 9 au 17 juillet 2018 à Istanbul, Turquie sur le thème «Mobilité, migration, réfugiés et xénophobie».

Rassemblant les 60 étudiants sélectionnés mais aussi des responsables politiques, représentants des institutions partenaires, universitaires, journalistes et militants de la société civile, cette conférence sur le thème “ Les dynamiques et les défis de la migration et des réfugiés dans un monde globalisé” a abordé les questions suivantes lors de deux tables rondes:

-          Migration, refugiés: Comment gérer la crise?

-          Quelles réponses à apporter face à la montée de la xénophobie et du populisme?

 

Leah Pisar, Présidente du Projet Aladin et Abe Radkin, Directeur exécutif du Projet Aladin ont ouvert la conférence et prononcé le mot de bienvenue. Ils ont chaleureusement remercié le soutien des partenaires institutionnels du programme, l’UNESCO et la Commission Européenne, ainsi que des partenaires académiques, dont certains étaient représentés dans la salle. Ils ont de plus remercié Enver Yucel, fondateur de Bahçeşehir University et Président du conseil d’administration pour son accueil et son fort soutien depuis le lancement du programme en 2013.

Leah Pisar et Abe Radkin ont rappelé les missions et actions du Project Aladin: la promotion des relations interculturelles et la lutte contre toute forme d’intolérance. Ils ont mis en avant la ville d’Istanbul qui, se situant au carrefour des civilisations, des religions et des cultures et qui, grâce à  la combinaison unique de son histoire et de sa géographie en faisait le lieu idéal pour le programme phare du Projet Aladin.

Ils ont souligné que le succès rapide du programme (qui comprend désormais plus de 45 universités partenaires d’Europe, des Etats Unis, du Brésil, d’Afrique et du Moyen-Orient) démontrait qu’il répondait  à des besoins réels et qu’il était très important de défendre les valeurs de la tolérance, de l’autonomisation des jeunes et du dialogue interculturel : Face aux transformations sociales, à l’essor des nouvelles technologies et aux crises migratoires. Il est nécessaire de construire de nouveaux ponts de dialogue pour lutter contre les conflits identitaires et l'effondrement des relations interculturelles et de créer de nouvelles compétences en faveur de la citoyenneté mondiale.

Tous deux ont insisté sur l’éducation comme un outil puissant de lutte contre les influences qui conduisent à la peur et à l’exclusion des autres - par le développement des capacités, l’indépendance de jugement, la pensée critique et le raisonnement éthique.

S.E.M Cihad Erginay, ambassadeur, sous-secrétaire adjoint au ministère des Affaires étrangères de Turquie, représentant S.E. M. Mevlut Cavusoglu, ministre des Affaires étrangères de Turquie a souligné l’importance de la tenue d’une telle conférence, tout particulièrement à Istanbul qui a été créée, enrichie et développée grâce à la migration. Il a mis en avant les défis que représentent les larges mouvements de population observés à travers le monde et a souligné la nécessité de trouver de nouvelles approches dans la gestion de la mobilité humaine basée sur une coopération unifiée et renforcée ainsi qu’une division des responsabilités raisonnable. 

Un message de S.E.M. Sheikh Mohamed bin Issa Al Jaber, Fondateur et président du MBI Group, Arabie Saoudite, qui ne pouvait pas être présent lors de la conférence a été lu à l’assemblée. Dans ce message il a insisté sur l’importance de l’organisation de cette conférence en Turquie qui a ouvert ses frontières et accueilli de très nombreux réfugiés au cours des 7 dernières années. Il a mis en avant cette générosité et a encouragé le renforcement de la coopération de la paix, solidarité et le respect de la dignité humaine.

Sylvie Rocard, épouse de l’ancien premier ministre Michel Rocard a évoqué les liens importants de son mari avec la Turquie et la nécessité du renforcement des relations interculturelles, notamment avec l’Europe.

Bertrand Buchwalter, Consul Général de France à Istanbul a réaffirmé le soutien du gouvernement français envers les actions du Projet Aladin et a rendu hommage à Michel Rocard, Claude Lanzmann et Simone Weil. Il a mis en avant la nécessité de connaître l’Autre et de combattre le racisme et l’antisémitisme en faveur de la liberté, de l’égalité, de la justice et de l’universalisme. Il a enfin souligné que la réponse collective apportée à la crise migratoire, humanitaire, politique définira qui nous sommes en tant que sociétés.

Table ronde 1:

Nazli Bolak, responsable des médias chez International Management Group a modéré la première table ronde sur le thème “Migration, refugiés: Comment gérer la crise?” à laquelle ont participé Aissietou Diop, directrice générale de l'Alliance africaine pour la migration et le développement ; Dr. Thorsten Jelinek, directeur Europe du Taihe Global Institute (Chine), membre du Comité consultatif du Forum économique mondial, ; Katharina Lumpp, représentante du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés en Turquie ; Ozcan Mutlu, ancien membre du Bundestag allemande ;Prof. Ilber Ortayli, professeur à l’Université de Galatasaray, président émérite du musée de Topkapi ; Ann-Belida Preis, chef de section, Dialogue interculturel, UNESCO et Ulas Sunata, président fondateur, Centre d'études sur la migration et l'urbanisme, BAU. 

 

Table ronde 2:

Zeynep Dereli, journaliste, fondatrice et PDG de TINK a modéré la seconde table ronde intitulée “La montée de la xénophobie et du populisme: quelles réponses?” avec Prof. David Katz, membre de la Royal Historical Society of England ; Arno Klarsfeld, membre du Conseil d'Etat de France, ancien président du Conseil national français pour l'intégration ; Yves Kugelmann, administrateur de la Fondation Anne Frank, Suisse ; Prof. Nilufer Narli, doyen de la faculté de sociologie, BAU et Leah Pisar, présidente du Projet Aladin.