"Le Journal" d'Anne Frank fête son 63e anniversaire


30/04/15

Le 30 avril 1952 sortait pour la première fois au Royaume-Uni, puis aux États-Unis, les célèbres écrits de l'adolescente juive hollandaise. Son journal intime, vendu à plus de 30 millions d'exemplaires, a depuis fait le tour du monde.

Un livre connu par toutes les générations, étudié dans les écoles et qui a marqué de nombreux lecteurs: Anne Frank est devenue, malgré elle, une des figures de la littérature mondiale. On fête en ce moment la première publication de son journal aux États-Unis et au Royaume-Uni. La version britannique est sortie le 30 avril 1952, tandis que les américains pouvaient déjà lire la leur depuis le début l'année. La France l'avait déjà publié deux ans avant, en 1950 et les Pays-Bas en 1947.

Pour l'occasion, le média britannique The Guardian a ressorti de ses archives un article de l'époqueL'annexe secrète: Le journal d'Anne Frank, écrit par la baronne Mary Stocks. L'écrivain résumait le livre, le remettait en contexte et rappelait qu'il ne restait qu'un seul survivant: le père d'Anne Frank. Pourtant fort de son succès aux États-Unis, l'ouvrage a vite été refusé par plusieurs éditeurs britanniques. Les braises étaient-elles encore trop chaudes? Lorsqu'il a enfin été publié, le livre a peiné à trouver son public, malgré de bonnes critiques. Il en a fait du chemin depuis.

Pris comme référence dans de nombreuses écoles et lu par le plus grand nombre, cet ouvrage se place comme l'un des témoignages de référence sur cette époque. Le point de vue d'une jeune fille juive, sa plume sensible et le sort funeste qu'elle a connu ensuite lui ont valu l'affection des lecteurs. Dans la préface de la version américaine de 1952, Eleanor Roosevelt écrivait: «Ce livre est l'un des commentaires les plus sages et les plus bouleversants que j'ai jamais lu sur la guerre et ses effets sur les êtres humains». Personne ne s'y était trompé.

Des révélations récentes

Il y a un mois, l'affaire Anne Frank a pris un nouveau tournant. Un nom de plus a été ajouté à la liste des potentiels dénonciateurs des habitants de l'Annexe. Une personne avait dévoilé - par lettre anonyme - la cachette aux autorités nazies, entrainant ainsi la déportation de huit personnes le 4 août 1944. La jeune juive hollandaise décéda du typhus dans le camp de concentration de Bergen-Belsen le 31 mars 1945 (ou en février, selon de nouvelles rumeurs) soit deux mois avant sa libération. Seul son père, Otto Frank, survivra.

Deux investigateurs flamands, Jeroen de Bruyn et Joop van Wijk, ont fait une nouvelle découverte. Nelly Voskujil, la sœur cadette de celle surnommée Bep dans le journal, aurait collaboré avec lesnazis entre ses 19 et ses 23 ans. De lourds doutes planent donc sur sa culpabilité quant à la trahison de l'Annexe. Nelly n'est autre que la tante d'un des enquêteurs, Joop van Wijk. Les langues de la famille se seraient déliées à la mort de la potentielle traîtresse en 2001 fournissant alors ces révélations récentes.

70 ans après le mystère reste de mise. Anne Frank passionne toujours les foules. Amoureux d'histoire ou non, le carnet intime de l'adolescente juive déportée et de son entourage ne peut laisser insensible. Le journal d'Anne Frank, un des témoignages fondamentaux de cette sombre période fête donc aujourd'hui ses 63 ans de parution.

Pour l'occasion, voici deux citations tirées du journal, aux alentours de cette date du 30 avril. Qu'elles étaient les préoccupations de la jeune fille à ce moment de l'année? Réponse.

● Le 1er mai 1943: «Dussel a eu son anniversaire. Les jours précédents, il faisait semblant de ne pas vouloir en entendre parler, mais quand Miep est arrivée avec un grand cabas à provisions débordant de paquets, il était aussi excité qu'un petit enfant.»

● Le 28 avril 1944: «Je n'ai jamais oublié mon rêve de Peter Schiff... quand j'y pense je sens encore aujourd'hui sa joue contre la mienne, avec cette merveilleuse sensation, qui rendait tout bon.»