Lancement le 24 février 2018 du "Centre d'études et de recherches Abraham Zagouri" sur le droit hébraïque au Maroc


Mercredi 14 Février 2018 

Le nouveau "Centre d’études et de recherches Abraham Zagouri" sur le droit hébraïque au Maroc sera lancé le samedi 24 février 2018  à Essaouira, lors d’un séminaire prévu à cette occasion, indique un communiqué dudit Centre. 

 

Abrité au Centre d’études et de recherches Haïm Zafrani sur l’Histoire des relations Islam-Judaïsme, le Centre Abraham Zagouri se propose "de contribuer à la valorisation de la mémoire coutumière et institutionnelle du droit hébraïque au Maroc", précise la même source. 

Placé sous le signe d’une "nouvelle expression d’un Maroc terre de paix, de concorde et de tolérance", ce projet est porté par plusieurs universitaires dont Abdellah Ouzitane, président fondateur du Centre, Farid El Bacha, président exécutif et Abderrahim Bouhmidi, directeur de recherches dudit Centre. 

Le séminaire inaugural de ce Centre, ajoute-t-on de même source, sera rehaussé par la présence d’éminentes personnalités dont, M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et président-fondateur de l’Association Essaouira-Mogador. 

De l'avis des organisateurs, "le Royaume du Maroc a été, est et restera une terre de coexistence et de convergence des trois Religions du Livre. Cela est particulièrement remarquable, s’agissant de la profondeur historique de la relation entre Islam et Judaïsme". 

Et de poursuivre qu'Essaouira "qui en est à cet égard l’espace emblématique, verra bientôt s’ouvrir un Complexe sans précédent qui sera articulé autour de +la Maison de la mémoire partagée+ (Bayt Al Dakira), la réouverture de l’une des 37 synagogues qu’a comptée la cité des Alizés, à savoir la Synagogue Slat Attia et le lancement du Centre de Recherches Haïm Zafrani sur l’Histoire des Relations Islam-Judaïsme". 

Abraham Zagouri, magistrat, chercheur en droit hébraïque et membre de la Cour suprême au lendemain de l’indépendance du Royaume, a été l’une des figures les plus importantes de la communauté des magistrats au Maroc. Sa légitimité le doit à l’excellence de ses travaux de recherche essentiellement en matière successorale et matrimoniale, rappelle-t-on. 

L'ensemble de son œuvre est parachevée par un opuscule intitulé "Généralités sur l'application du droit mosaïque en matière de droit privé des marocains israélites", notant la même source, faisant savoir qu’Abraham Zagouri "a suivi la dynamique insufflée par feu SM Mohammed V s'agissant de la codification du droit musulman; et pour cause, toute l'œuvre de Zagouri se situe dans la période 1958-1960".