La jeunesse face à la radicalisation


 

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a accueilli jeudi le 28 janvier 2016 à Paris une journée de réflexion et de mobilisation organisée par le Projet Aladin en partenariat avec l'UNESCO. Au programme de cette journée, des discussions, des témoignages et des rencontres entre responsables politiques, universitaires, chefs d'entreprises, experts et militants associatifs sur l’avenir des jeunesses euro-méditerranéennes face à la montée de l’intolérance, de la violence, et de la radicalisation en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

De gauche à droite: Cheikh Mohamed Bin Issa Al Jaber, fondateur de MBI Al Jaber Foundation, Envoyé spécial de l'UNESCO pour l'éducation et la tolérance; Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO

Séance d’ouverture

Après le mot de bienvenue d’Abe Radkin, Directeur exécutif du Projet Aladin, Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO a ouvert la journée de conférence placée sous le signe de la lutte contre la radicalisation des plus jeunes et le rôle que peut jouer l’éducation dans cette lutte. Elle a réaffirmé la nécessité de s’attaquer aux racines de la haine et de renforcer les défenses de la paix dans les esprits, par l’éducation, la science, la culture, les médias. Elle a rappelé le nouveau plan d’action global contre l’extrémisme et la radicalisation des Nations Unies qui met l’accent sur le rôle central de l’éducation comme outil de prévention contre l’extrémisme et a insisté sur l’importance dans cette lutte de programmes phares tels que l’éducation à la citoyenneté mondiale, la protection du patrimoine mondial, l’enseignement de l’Holocauste et la prévention des génocides. Enfin, elle a exprimé son soutien et celui de l’UNESCO envers le Projet Aladin et le « Euro-Med Youth Training and Networking Programme » qui vise à promouvoir l’apprentissage interculturel, le respect de la diversité, les valeurs de solidarité, d’égalité des chances et des droits de l’homme auprès des jeunes.

 

M. Gilles Clavreul, Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra)

 

La séance d’ouverture s’est poursuivie avec les discours de M. Gilles Clavreul, Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra) et du Cheikh Mohamed Bin Issa Al Jaber, fondateur de MBI Al Jaber Foundation, Envoyé spécial de l'UNESCO pour l'éducation et la tolérance. M. Clavreul a fait part du réel défi que représentent la violence, la barbarie et avec elles la souffrance et la peur, auquel la jeunesse d’Europe et d’ailleurs est confrontée. Il a rappelé que la lutte contre la barbarie engageait au-delà du gouvernement, l’ensemble de la société et a tenu à préciser que la guerre contre le terrorisme devait être menée non pas malgré les libertés fondamentales mais pour elles, pour les défendre, pour les faire exister plus pleinement et ce, à travers la culture, la connaissance, l’éducation, la transmission, « les Lumières en somme », qui forment le cœur de l’identité européenne mais qui sont aussi ce qui a façonné en profondeur l’histoire du bassin méditerranéen depuis des siècles.

Séance 1 :

Lors de la première séance de la journée M. Jens Nymand-Christensen, Directeur général adjoint à la DG Education et Culture de la Commission européenne ; M. Andreas Schleicher, Directeur de la Direction de l’éducation et des compétences, OCDE ; Mme. Ann-Belinda Preis, Chef de Section - Dialogue interculturel, UNESCO ; M. Marco Antonio Zago, Président de l’Université de Sao Paulo, Brésil ; M. Raanan Rein, Vice-président de l’Université de Tel-Aviv (deux universités partenaires du Projet Aladin) et M. Mansour Alnogaidan, Directeur général de la Fondation Al Mesbar, Emirats Arabes Unis. Ensemble, ont pris la parole et  ont abordé la question de l’élargissement des réseaux universitaires euro-méditerranéens comme moyen de lutte contre la montée de la radicalisation des jeunes.

 

De droite à gauche : M. M. Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ; M. Mansour Alnogaidan, Directeur général de la Fondation Al Mesbar, Emirats Arabes Unis; M. Andreas Schleicher, Directeur de la Direction de l’éducation et des compétences, OCDE ;  M. Tudor parfitt, Professeur à l’école des relations internationales, Florida International University; M. Nymand-Christensen, Directeur général adjoint à la DG Education et Culture de la Commission européenne ; Mme. Ann-Belinda Preis, Chef de Section - Dialogue interculturel, UNESCO ; M. Marco Antonio Zago, Président de l’Université de Sao Paulo, Brésil ; M. Raanan Rein, Vice-président de l’Université de Tel-Aviv (deux universités partenaires du Projet Aladin) 

 

La matinée a été conclue par le discours de M. Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche qui a souligné que même si « partout où l’éducation augmente, la violence diminue »,  le « diplôme, même s’il est indispensable, ne fait pas tout dans ce combat [contre le terrorisme]», rappelant ainsi que certains terroristes « étaient et sont diplômés, voire très diplômés ». Il a fait part de la nécessité de repenser l’éducation, de la « concevoir autrement afin d’améliorer son efficacité dans le transfert de connaissances », d’en avoir une « conception beaucoup plus large ». Selon lui, au-delà d’une transmission du savoir, l’éducation « doit être aussi un renforcement de l’armature intellectuelle [qu’il est] essentiel de nourrir, de éclairer, donc d’enrichir constamment des découvertes scientifiques et des apports de la recherche ». Il a conclu en rappelant que « l’éducation, [est] ce qui permet de sortir de soi-même et donc de grandir, de s’agrandir, en allant vers l’autre, en découvrant toute la fécondité de l’altérité, de la différence […] L’éducation, c’est ce qui forge une curiosité du monde. »

Déjeuner 

Un déjeuner de travail a par la suite réuni des ministres, présidents d'universités et chefs d'entreprises d’Europe, du Moyen-Orient et d’Afrique parmi lesquels M. Kamel Jendoubi, Ministre tunisien chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile et des Droits de l'homme ; Mme Crystal Nix-Hines, Ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’UNESCO ; Mme Ndioro Ndiaye, Présidente de l’Alliance pour la migration, le leadership et le développement, ancienne ministre, Sénégal et M. Bakhtiar Amin, ancien Ministre des Droits de l’Homme, Irak.

De gauche à droite: Prof. Nasser David Khalili, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Président de la Fondation Maimonide;Mme Crystal Nix-Hines, Ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’UNESCO ; M. Eric de Rothschild; PDG du Mémorial de la Shoah ; Cheikh Mohamed Bin Issa Al Jaber, fondateur de MBI Al Jaber Foundation, Envoyé spécial de l'UNESCO pour l'éducation et la tolérance

 M. Kamel Jendoubi, Ministre chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile et des Droits de l'homme

Séance 2 :

En début d’après-midi, un panel de chefs d'entreprises présidé par M. Hakim El Karoui, Partner au sein de Roland Berger, a débattu des problèmes de radicalisation au sein des entreprises et discuté des modalités possibles de coopération et de partenariats (public-privé notamment) pour faire barrage à la montée des extrémismes et au radicalisme des jeunes. Le panel était composé de Prof. Nasser David Khalili, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Président de la Fondation Maimonide, Royaume Uni ; M. Ylias Akbaraly, PDG, Groupe Sipromad, Inde-Afrique  et Mr. Patrice Obert, Délégué général à l’éthique, RATP, M. Bakhtiar Amin, ancien Ministre des Droits de l’Homme, Irak et de M. Azzam Alwash, fondateur de l'université américaine de l'Irak. 

De droite à gauche: M. Hakim El Karoui, Partner au sein de Roland Berger; M. Ylias Akbaraly, PDG, Groupe Sipromad, Inde-Afrique; Prof. Nasser David Khalili, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, Président de la Fondation Maimonide; M. Patrice Obert, Délégué général à l’éthique, RATP; Royaume Uni ;  M. Bakhtiar Amin, ancien Ministre des Droits de l’Homme, Irak; M. Azzam Alwash, fondateur de l'université américaine de l'Irak 

Séance 3 :

La troisième séance de la journée a rassemblé plusieurs spécialistes de l’éducation d’Europe, d’Afrique et du Moyen-Orient autour du thème « Mobiliser le monde de l’Education - La radicalisation des jeunes et l’école : Que faire ? ». M. Kamel Jendoubi, Ministre chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile et des Droits de l'homme a présidé le panel qui était composé de : M. Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l'Education nationale du Sénégal ; M. Jeyhun Aziz oglu Bayramov, Vice-Ministre de l’Education nationale, Azerbaïdjan ; M. Qian Tang, Sous-Directeur général de l'UNESCO pour l'éducation et Mme Nimet Bas, Présidente de « Education for the Future », ancienne Ministre de l’Education nationale, Turquie.


De droite à gauche, M. Kamel Jendoubi, Ministre chargé des Relations avec les institutions constitutionnelles et la société civile et des Droits de l'homme; Mme Nimet Bas, Présidente de « Education for the Future », ancienne Ministre de l’Education nationale, Turquie; M. Jens Nymand-Christensen, Directeur général adjoint à la DG Education et Culture de la Commission européenne ;M. Serigne Mbaye Thiam, Ministre de l'Education nationale du Sénégal ; M. Jeyhun Aziz oglu Bayramov, Vice-Ministre de l’Education nationale, Azerbaïdjan ; M. Qian Tang, Sous-Directeur général de l'UNESCO  

 

Remise des prix

En fin d’après-midi, les Prix Aladin « Jeunes Ambassadeurs pour la Paix» ont été remis par les personnalités des institutions publiques et privées, donatrices aux douze étudiants allemands, américains, égyptiens, français, israéliens, marocains, palestiniens et suisses des universités d’été du Projet Aladin dont les projets de recherches ont été sélectionnés par un jury international. Lancée en 2013 sous le patronage de l'UNESCO avec le soutien de la Commission européenne (programme Erasmus+) et en partenariat avec vingt-cinq universités africaines, américaines, européennes et moyen-orientales, cette initiative inédite vise à créer un réseau international de futurs dirigeants attachés aux valeurs de paix, d’amitié entre les peuples et de rapprochement entre les cultures.

Ces prix ont été remis en présence des ministres et de l’Ambassadeur Philippe Lalliot, représentant M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et européennes, en hommage à M. Jacques Andréani, Ambassadeur de France, président du Comité de Conscience du Projet Aladin, décédé en juillet 2015. Mme Donatella Andréani, veuve de M. Jacques Andréani était présente lors de cette cérémonie.

Remise des prix: de gauche à droite: M. Tudor parfitt, Professeur à l’école des relations internationales, Florida International University; Mme Anne Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin; lauréate égyptienne, Engy Ali; Yves Kugelmann,  Fonds Anne Frank

Clôture :

Le discours de clôture de la conférence a été prononcé par Mme. Anne Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin. Mme. Revcolevschi a présenté un résumé des débats et échanges et a rappelé que « l’éducation se doit d’être au cœur de tous les efforts de lutte contre le terrorisme djihadiste, les nationalismes populistes, l’antisémitisme et le racisme pour construire un monde de paix et de justice ». Présentant la « Feuille de route contre la radicalisation », Elle a recommandé aux acteurs publics et privés de contribuer au développement des initiatives lancées par le Projet Aladin qui s’inscrivent dans ces priorités et a conclu en mentionnant qu’un groupe de travail allait être établi afin d’assurer le suivi des conclusions de la conférence.

Cliquez sur ce lien pour lire:  Le discours de clôture de Mme Anne-Marie Revcolevschi

 

Madame Anne Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin