« Juifs et Musulmans au Maroc. Des origines à nos jours » Le dernier opus de Mohamed Kenbib


Par <kawtar Firdaous le 3 novembre 2016

La Librairie Porte d’Anfa a donné rendez-vous à ses lecteurs mercredi 26 octobre autour de l’ouvrage consacré par l’historien Mohammed Kenbib aux relations entre « Juifs et Musulmans au Maroc. Des origines à nos jours », paru en septembre dernier à Paris aux éditions Tallandier dans le cadre de la collection « Histoire partagée » initiée  par Projet Aladin, association parrainée par l’UNESCO et des Chefs d’Etat dont le roi Mohammed VI et le Président de la République Française.

Invité d’honneur, André Azoulay a fait part des appréciations que lui inspirait cet ouvrage et en a loué la teneur, en insistant sur la nécessité d’une meilleure compréhension de l’histoire des Juifs du Maroc, de leur contribution multiforme à la diversité et la richesse de sa culture et de son patrimoine, et de leur profond attachement à leur identité marocaine où qu’ils soient. Il a souligné l’intérêt de recherches systématiques et sans tabous sur l’évolution des communautés juives au cours de la période contemporaine et au présent.

Mohammed Kenbib, dont l’ouvrage se situe sur la longue durée et inclut le présent précisément (jusqu’en 2013 – 2014) a, quant à lui, rappelé l’enracinement plus que bi-millénaire de ces communautés dans le pays, et brossé à grands traits les principales étapes de cette évolution à travers les siècles. Il a évoqué à cet effet les fondements essentiels et les  manifestations de leur cohabitation avec les Musulmans ainsi que les répercussions de faits et d’événements internationaux sur les rapports entre les uns et les autres notamment  aux XIXe et XXe siècles. A propos d’actualité précisément, l’auteur a rappelé, dans une allusion à la COP22, les sentiments communs qui animaient Musulmans et Juifs face aux incertitudes climatiques, particulièrement en périodes de sécheresse. Tous priaient, jeûnaient, invoquaient leurs saints respectifs, et se livraient à des processions rogatoires pour implorer la miséricorde divine et un ciel plus clément.