Inauguration du Site-Mémorial du Camp des Milles


Rappel historique

Le 6 juillet 1942 un message parvient à l’Office central de sécurité du Reich. Le dénommé S.S Hauptsturmfürer Dannecker explique que les négociations avec le gouvernement français avancent : « L’ensemble des Juifs apatrides de zone occupée et de zone non occupée seront tenus prêts à notre disposition en vue de leur évacuation ».

Dans sa missive il souhaite une « décision urgente » à propos de l’évacuation des Juifs de France de la zone non occupée car le Président Laval, a proposé « que les enfants de moins de 16 ans soient emmenés eux aussi ». Ainsi, ce sont, outre des hommes et des femmes, 96 enfants et adolescents juifs dont le plus jeune avait un an, qui seront déportés du camp des Milles pour une mort certaine à Auschwitz.

Le 14 août 1942, la compagnie des Bouches-du-Rhône, section d’Aix établit un rapport « sur des suicides et tentatives de suicide au camp des Milles.» « A la suite du récent regroupement des étrangers internés au Camp des Milles, la majeure partie des juifs allemands, en vue de leur acheminement pour une destination inconnue, probablement pour la Pologne » un couple est décédé « à la suite de l’absorption d’un narcotique quelconque ». Dix tentatives de suicides sont détaillées. Les auteurs en expliquent les raisons : « D’après les vagues renseignements recueillis, il résulte que des étrangers étaient fixés sur le sort qui leur était réservé, à leur arrivée à destination, c’est à dire exécution massive.»

Le camp des Milles a la particularité d’avoir accueilli de nombreux intellectuels et artistes comme Max Ernst et Hans Bellmer. De multiples traces de leur passage subsistent sur les murs de l’ancienne tuilerie.

Le site-mémorial présente l’histoire du camp et la vie des internés. Il accueille également une exposition réalisée par Serge Klarsfeld et consacrée aux 11 000 enfants juifs déportés de France.

Un parcours réflexif pluridisciplinaire est proposé au public. Il éclaire les mécanismes de soumission et de rejet de l’autre qui ont mené à l’horreur génocidaire.

Un "Mur des actes justes" vient rappeler que des hommes et des femmes ont su résister à ces mécanismes. Le visiteur est ainsi appelé à la vigilance et à la responsabilité dans sa vie de citoyen.

LA Fondation pour la Mémoire de la Shoah figure au nombre des partenaires du projet d’aménagement de l’ancien camp des Milles.

En 2007, la FMS a acquis le bâtiment de la tuilerie afin de préserver ce lieu de mémoire unique. Elle l’a mis à la disposition de la Fondation du Camp des Milles afin qu’elle puisse mener à bien son travail d’éducation.

Le Mémorial de la Shoah a assuré le commissariat général de l’exposition du Site-Mémorial du Camp des Milles pour les volets historiques et mémoriels.