Dîner de Gala du Projet Aladin à l’Hôtel de Ville de Paris


Dîner de Gala du Projet Aladin à l’Hôtel de Ville de Paris

Lundi 29 mai 2017

 

A l’occasion de la célébration de son dixième anniversaire, le Projet Aladin a organisé un dîner de gala le 29 mai 2017 au sein de l’Hôtel de Ville de Paris sous la présidence d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, en présence de Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République ; Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO ; Adama Dieng, envoyé spécial des Nations Unies pour la prévention des génocides; David de Rothschild, Président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah; et plus de 350 personnalités de France et des deux rives de la Méditerranée.

Après le mot de bienvenue d’Ali Baddou, Maître de cérémonie, qui a rappelé l’histoire et les actions du Projet Aladin en faveur du dialogue interculturel, de l'enseignement des réalités historiques de l'Holocauste et de la lutte contre l’intolérance et l’extrémisme par l’éducation, Patrick Klugman, adjoint à la Maire de Paris, chargé des questions relatives aux relations internationales et à la francophonie a ouvert la conférence au nom d’Anne Hidalgo, Maire de Paris.


Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République

Lors de son discours, Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République, a rendu hommage au travail du Projet Aladin et a partagé ses réflexions au sujet du vivre ensemble et des enjeux majeurs de nos sociétés qui sont confrontées à la montée des extrémismes et de l’intolérance. Il a transmis un message clair: l’avenir ne se construira pas sur le rejet de l’Autre, le despotisme, l’humiliation et l’injustice, mais sur la connaissance et le respect d’Autrui ainsi que par une profonde reconnaissance de la diversité. 

Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO

Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO a dans son allocution, mis l’accent sur l’importance de l’éducation, de l’enseignement de l’histoire et de la culture comme moyens de lutte contre l’extrémisme, le négationnisme et l’antisémitisme. Elle a de plus exprimé son soutien et celui de l’UNESCO envers le Projet Aladin qui incarne une « ambition chère à l’UNESCO », celle de la construction de la paix et de la lutte contre l’extrémisme violent, le racisme et l’antisémitisme « par l’éducation, par la culture et par la connaissance de l’histoire ».

David de Rothschild, Président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah a rendu hommage à son tour au Projet Aladin et à sa présidente, Anne Marie Revcoleschi, avant de lui laisser la parole.

Leah Pisar, nouvelle présidente du Projet Aladin et Anne-Marie Revcolesvchi

Retraçant la genèse du Projet Aladin, organisation dont elle a été la fondatrice et qu’elle quitte cette année, Anne Marie Revcolevschi a rappelé la nécessité d’une lutte globale contre l’intolérance, la haine et l’extrémisme et l’importance des initiatives menées par le Projet Aladin. Avant de céder sa place et de passer la main à Léah Pisar nommée nouvelle présidente du Projet Aladin, Anne Marie Revcoleschi a lancé un appel à la solidarité et à la mobilisation contre la haine, l’antisémitisme, le racisme, l’extrémisme et en faveur du vivre ensemble.

André Azoulay, conseiller de sa Majesté le Roi du Maroc, président de l’Institut Pierre-Mendès France ainsi que président du Comité de conscience du Projet Aladin a par la suite, procédé à la présentation du Prix pour le «Dialogue des Cultures 2017», remis cette année par Madame Irina Bokova et Monsieur Boubou Cissé, ministre malien de l’Economie et des Finances à son Excellence le Cheikh Mohamed Al Jaber pour son travail philanthropique dans le secteur de l’éducation au Moyen Orient.

     Son Excellence le Cheikh Mohamed Al Jaber

 

Ce gala fût également l’occasion de remettre le Prix « Jeunes ambassadeurs de la Paix et du rapprochement des Cultures » aux huit étudiants-chercheurs allemands, anglais, américains, émiratis, français, irakiens, israéliens, et tunisiens des universités d’été 2015-2016 dont les projets de recherche ont été sélectionnés par un jury international et le Prix « Outstanding Young Bridge Builder » à deux étudiants franco-italien et autrichien pour leur implication lors et à la suite du programme des universités d’été pour le rapprochement interculturel. Les deux prix ont été remis par Adama Dieng, conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la prévention des génocides.

Cérémonie de remise des Prix « Jeunes ambassadeurs de la Paix et du rapprochement des Cultures »