Emergeant des cendres du passé, un message pour aujourd’hui


Pas au nom de tous les musulmans

par Samuel Pisar

Jerusalem Post, le 1 mai 2011

Un récent voyage à Auschwitz avec environ 200 personnalités venues du monde musulman et arabe et avec 10 des survivants des camps , a été remarquable en tout point.

Ils sont venus à Auschwitz du Maroc, d'Algérie, de Turquie, d'Iran, de Tunisie, d'Irak, d'Egypte, de Jordanie, du Pakistan, du Gabon, de Mauritanie, de Côte d'Ivoire, du Sénégal, du Bénin et autres états musulmans et non -musulmans pour faire apparaître clairement que le président Mahmoud Ahmadinejad ne parle pas au nom de tous les musulmans quand il fait des déclarations perverses au sujet de la Shoah, la qualifiant de "mythe".

L'assemblée diverse et  hétéroclite qui avait accepté l'invitation de Projet Aladin à faire ce voyage incluait le président du Sénégal Abdoulaye Wade, président de la Conférence Islamique qui regroupe 56 nations, des ministres représentant les chefs d'état du Maroc, de Turquie, d'Irak, et de Jordanie, de grands muftis, grands rabbins, cardinaux, ayatollahs et les maires de 15 villes d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique.

La décision courageuse prise par ces chefs d'état et personnalités musulmans de se joindre à nous à Auschwitz, est venue à un moment où l'Iran et ses alliés régionaux augmentent leurs efforts pour détourner le leadership des protestations du Moyen-Orient en se positionnant comme le porte-drapeau du mouvement anti-occident, anti-américain et anti-israélien.  Ils l'ont déjà fait : la révolution qui a renversé le Shah en 1979 fut le travail d'une coalition de libéraux , nationalistes, gauchistes et une vaste assemblée d'islamistes, mais les islamistes radicaux ont chassé les autres en adoptant des positions violemment anti-occidentales et anti-américaines et en mettant en scène la crise des otages à l'ambassades des Etats-Unis à Téhéran.

La controverse toujours grandissante anti-américaine et anti-israélienne qui vient de l'Iran doit être perçue dans ce contexte, et la négation de la Shoah fait partie de cette même stratégie. Le mois prochain, le Salon du Livre international de Téhéran- le plus important du Moyen-0rient exposera des centaines de publications antisémites, incluant la 18ème édition en persan de Mein Kampf d'Hitler ainsi que la 19ème édition de l'infâme Protocole des Sages de Sion. Téhéran a consacré des millions de dollars ces dernières années pour exporter une telle propagande instigatrice de haine dans tous les coins du monde musulman.

La présence de tant de dirigeants et de personnalités musulmanes à Auschwitz envoie un message clair à Téhéran: votre propagande ne fonctionne pas, pas cette fois-ci. Il est vital, pas seulement pour l’avenir des peuples et des nations du Moyen-Orient, mais aussi pour les intérêts des Etats-Unis et de ses alliés, que ces voix courageuses soient entendues et amplifiées.

Il m'a été incombé, l'un des derniers survivants d'Auschwitz, de parler à cette illustre assemblée  au milieu des ruines du plus grand cimetière du monde - un cimetière sans pierres tombales qui atteste pour un million et demi d'âmes innocentes. Beaucoup étaient en larmes pendant que je témoignais de ce qui s'y était passé, à travers le prisme d'un témoin direct, d’abord du  fait que des 6 million de juifs européens anéantis par les nazis, pratiquement un quart, incluant toute ma famille et tous les 500 enfants de mon école, avaient péri dans les chambres à gaz dont ils venaient d'inspecter les ruines.

Cet événement est vite devenu un rare moment de solidarité inter- confessionnelle qui a servi de catalyse à un dialogue humain et œcuménique transcendant tout conflit politique, racial et religieux.

Ensemble sur ces terres de destruction gorgées de sang, unis par la même douleur, avec la preuve éclatante qui nous sautait aux yeux, nous avons médité non seulement sur l'intolérance, la haine et la violence du passé, mais aussi sur le fanatisme qui enflamme à nouveau notre monde.

Cet événement a été organisé par le Projet Aladin, qui travaille également à ce que le public prenne conscience des ravages et des leçons de la Shoah, et à s'opposer à  toutes nouvelles formes de préjugés, persécution ou terreur, où que ce soit.. L'organisation a traduit des livres tels que Le Journal d'Anne Frank et des films comme "Shoah" en arabe, persan, et autres langues pour les peuples qui n'ont pas accès à la connaissance sur le sujet, qui peuvent maintenant les lire et les télécharger à partir d'internet. Avec une multitude de programmes éducatifs et culturels et un réseau de plus de 1000 intellectuels et enseignants dans le monde musulman, le but  du Projet Aladin est de construire des passerelles entre deux mondes hostiles qui ne se connaissent pas vraiment.

Comme je l'ai dit à la commission des Affaires Etrangères de la Chambre des Représentants des Etats-Unis le mois dernier, le miracle d'Auschwitz du 1er février a révélé un nouvel horizon prometteur pour le futur-une approche «  en puissance mesurée » qui doit être saisie et sur laquelle il faut construire.

Puisse le Projet Aladin éclairer le chemin vers un futur plus sûr et meilleur pour tous les enfants d'Abraham, et tous ceux qui aspirent à la liberté, la démocratie et la paix.