Les Universités d’été Aladin


Les Universités d'été Aladin

53 étudiants de 17 pays ont reçu leurs diplômes de «Jeunes ambassadeurs pour la paix et le dialogue des cultures»

• Un programme sans précédent a réuni 53 étudiants américains, égyptiens, iraniens, israéliens, jordaniens, libanais, palestiniens, syriens, turcs ... pour assister à des cours dispensés par 20 universitaires de renommée mondiale sur l'antisémitisme, le racisme, les origines des conflits et des génocides dans l'Europe du 20ème siècle et les défis auxquels font face les sociétés européennes d'aujourd'hui.

• C'est sous le patronage du Parlement européen et de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) que la première édition des Universités d'Eté Internationales pour la connaissance des Cultures, un programme annuel a été lancé par le Projet Aladin, en partenariat avec 16 universités prestigieuses en Europe, au Moyen-Orient, aux États-Unis et en Afrique.

group-picture.jpg

Anne-Marie Revcolevschi et le président Yalcin entourés des étudiants après la remise des diplômes

Organisée sous le patronage du Parlement européen et l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), la première édition des universités d’été Aladin a réuni 53 étudiants de 16 universités prestigieuses en Europe, au Moyen-Orient, aux États-Unis et en Afrique. Lors d'une cérémonie de clôture qui a eu lieu le 15 juillet 2013 à l'Université Bahcesehir à Istanbul, les étudiants ont reçu leurs diplômes de «Jeunes ambassadeurs pour la paix et le dialogue des cultures».

Les Universités d'été Aladin ont été lancées à Istanbul le 1er Juillet 2013, réunissant des étudiants algériens, allemands, américains, azerbaïdjanais, britanniques, espagnols, français, iraniens, israéliens, jordaniens, libanais, marocains, mexicains, palestiniens, sénégalais, syriens, tunisiens et turcs. Ces jeunes ont étudié pendant la première semaine les origines des conflits et des génocides, notamment la Shoah, dans l'Europe du 20ème siècle, ainsi que les processus de paix et de réconciliation qui se trouvent à la base de la construction de l'Union européenne. La deuxième semaine était consacrée à un état des lieux des sociétés européennes d'aujourd'hui.

Lors de la cérémonie de clôture, les étudiants ont reçu un certificat académique de la part du président de l'Université Bahcesehir, professeur Senay Yalcin, et un diplôme spécial les désignant comme «Ambassadeurs de la jeunesse pour la paix et le dialogue des cultures» de la part de la présidente du Projet Aladin, Anne-Marie Revcolevschi.

«L'Université Bahcesehir est très fière d'avoir accueilli ce programme unique en son genre à Istanbul, l'une des plus belles et plus cosmopolites des villes dans le monde,» a déclaré le professeur Yalcin. « C’est une opportunité importante  pour les étudiants qui y participent et une expérience dont ils bénéficieront pendant bien longtemps.»

Pour sa part, Anne-Marie Revcolevschi a exhorté les étudiants à approfondir les thèmes étudiés et à développer leurs relations en travaillant ensemble sur des projets communs. « C'est peut-être la cérémonie de clôture de ce programme qui a duré deux semaines mais c'est l'ouverture d'une toute nouvelle opportunité pour vous tous», a déclaré la présidente du Projet Aladin.

Osman Kavala, président de l’ONG turque « Anadolu Kültür » et l’un des coorganisateurs du programme, a souligné l'importance du fait que cette initiative a eu lieu à Istanbul à un moment clé pour le développement démocratique de ce pays. Le directeur exécutif du Projet Aladin, Abe Radkin, a félicité les étudiants pour avoir fait preuve d'une grande ouverture d'esprit et de respect mutuel tout au long de ces deux semaines.

Pendant deux semaines, les étudiants ont assisté à des cours dispensés par 20 universitaires de renommée mondiale et visité certains sites historiques d'Istanbul. L’un des enjeux majeurs de ces universités d’été était également de permettre aux étudiants de travailler sur un projet commun et de rester en contact après les universités d’été pour continuer les discussions, le dialogue et la coopération engagés pendant le programme. Ces derniers ont été ainsi regroupés en différents groupe afin de travailler sur un projet de recherche collectif en vue de préparer une première présentation à la fin des deux semaines. L’initiative des projets de recherche, mise en place par le comité académique des universités d’été, co-présidé par le professeur marocain Abdou Filali-Ansary et le professeur britannique Tudor Parfitt, a été placée sous la direction du Professeur Nilufer Narli, doyenne du département de Sociologie à l’université de Bahcesehir.

group-picture.jpg

Professeur Arnd Bauerkämper de l'Université libre
de Berlin: « Les processus de réconciliation en Europe après la Seconde Guerre Mondiale : un modèle international ? »

Les thèmes qui ont servi de base pour la définition des projets de recherche étaient : « démocratie et droits de l'homme », « gouvernance éthique et transparence », « minorités ethniques », « dignité humaine », « Mémoire et identité », « Religion, Etat et société» et «le racisme et la discrimination». Travaillant sous la supervision de tuteurs, les étudiants en groupe de quatre ont choisi des sujets tels que «  le processus de paix franco-allemand : un modèle pour résoudre le conflit israélo-palestinien? », « Transition vers la démocratie et ses lacunes en matière de protection des minorités: le cas de la Tunisie »,« La diaspora kurde en Europe et son rôle de plus en plus visible dans le processus de réconciliation en Turquie », « L'impact du «printemps arabe» en Egypte: une étude comparative», ou encore des sujets plus récents en rapport avec l’actualité en Turquie étudiant les différentes formes de couvertures médiatiques des manifestations de
Gezi Park.

Professeur Jacques Sémelin de Science Po Paris
explique les défis liés à la prévention des violences de masse après la Shoah

group-picture.jpg

Après une première présentation des projets devant le professeur Anne-Pauwels, doyenne de la « School of Oriental and African Studies » (Université de Londres), le professeur Antonia Soulez de l'Univeristé Paris VIII, le professeur Yilmaz Esmer et le professeur Nilufer Narli de l'Université Bahcesehir, les étudiants devront achever collectivement leurs recherches et les soumettre à un jury international avant le 1er Octobre 2013. Les trois premiers groupes recevront leurs prix lors d'une cérémonie au Parlement européen en présence de son président, Martin Schulz et auront l’opportunité de présenter leurs études à certains membres du Parlement.

Seize universités prestigieuses ont rejoint ce programme international unique, organisé par le Projet Aladin, basé à Paris, en partenariat avec l’ONG turque, Anadolu Kültür et l'Université Bahcesehir qui a pour objectif d’éduquer les futurs leaders en les formant à l'esprit critique, à la recherche et en les sensibilisant aux problématiques tant nationales qu' internationales.
Les universités partenaires étaient les suivantes : l’Université de New York, l’Université Internationale de Floride, l’Université George Washington, Sciences Po Paris, l’Université Libre de Berlin, l’Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement de Genève, l’Ecole des Etudes Orientales et Africaines de l’Université de Londres, l’Université Mohammed V de Rabat, l’Université Hébraïque de Jérusalem, l’Université de Tel-Aviv, l’Université Al-Quods, l’Université de la Manouba de Tunis, l’Université Ain Shams du Caire, l’Université Euro-Afrique du Sénégal, l’Université de Bogaziçi et l’Université de Bahcesehir d’Istanbul.

En accordant son haut patronage à cette initiative, le Président du Parlement européen, Martin Schulz, a déclaré que le but des Universités d’Eté Internationales pour le Leadership Interculturel
« résonne fortement avec l'histoire et les objectifs du Parlement européen ... [car elles] réuniront un large éventail de jeunes pour d’une part élargir leur expérience interculturelle et d’autre part promouvoir la paix, le respect mutuel et le dialogue interculturel ».

Le thème du programme de l’an prochain portera sur « Orient-Occident : les rapports entre l'Occident et le monde arabo-musulman ». S'exprimant au nom du comité académique du programme, le professeur Yilmaz Esmer a loué le niveau de la présentation des projets par les étudiants qu’il a qualifié comme «exceptionnel». « Je suis convaincu que ce programme innovant se poursuivrait pendant de nombreuses années à venir, car il répond à un besoin essentiel : montrer aux futurs dirigeants l’importance de la diversité et le danger de la pensée unique ».

group-picture.jpg

Une promenade mémorable en bateau sur le Bosphore

La formation d'une nouvelle génération de dirigeants, engagés pour la paix et la diversité.

La première édition des Universités d'été internationales a rassemblé 53 étudiants provenant de 16 universités prestigieuses en Europe, au Moyen-Orient, en Israël, en Afrique et aux États-Unis pour étudier, mener des recherches, prendre part à des activités socioculturelles et vivre ensemble pendant deux semaines afin de former les premières bases d'un réseau d'acteurs notamment auprès des jeunes.

Vos dons nous aident à développer ce programme unique et inculquer à la nouvelle génération de dirigeants, les valeurs de paix, de dignité humaine et du respect d'autrui.