FORUM DE LA JEUNESSE EUROPEENNE POUR LE «VIVRE-ENSEMBLE»


Forum de la Jeunesse Européenne : 100 délégués de 24 nations sont à la recherche des réponses à la crise de la Cohésion Sociale en Europe

100 jeunes représentants de toute l’Europe se sont rassemblés à Berlin pour trois jours de débats et d’échanges


Liz Mohn, Présidente de la Fondation Bertelsmann

Eric de Rothschild, Co-fondateur du Projet Aladin et Président du Mémorial de la Shoah, Paris

 


De gauche à droite: Miriam Janke, modératrice; Stephan Vopel, directeur de Bertelsmann Stiftung; Leah Pisar, présidente du Projet Aladin; Tina Gadow, consultante et partenaire chez Kessels and Smit - The learning Company  

Liz Mohn de la Fondation Bertelsmann et le Baron Eric de Rothschild du Projet Aladin ont donné le coup d'envoi de l'édition 2019 du Forum des Jeunes Européens à Berlin le 25 juin 2019. Leah Pisar, présidente du Projet Aladin a ouvert les séances de travail de ce Forum.

100 jeunes délégués de 24 nations et 20 intervenants se sont réunis pour discuter des défis et des solutions à l’érosion de la cohésion sociale en Europe et du « vivre ensemble dans la paix et la diversité ». 

Pendant trois jours, les participants ont échangé des idées et partagé leur expérience lors des sessions et d'ateliers interactifs. Les jeunes délégués ont été sélectionnés par des différentes personnalités politiques, culturelles, médiatiques, du monde des affaires et de la société civile les plus importantes d'Europe. Âgés entre 21 et 30 ans, les délégués étaient tous des militants sociaux dans leurs communautés locales, faisant campagne pour une grande variété de causes allant de la lutte contre le racisme à la garde d'enfants.

Dans son discours d'ouverture, Liz Mohn a exprimé l'espoir que le forum contribuerait à une plus grande participation des jeunes européens à la construction de ponts entre les cultures dans une Europe menacée par la montée du populisme et de l'extrémisme. Liz Mohn a salué la coopération entre la Fondation Bertelsmann et le Projet Aladin dans l'élaboration du forum, et a souhaité que la coopération continue à se développer entre les deux organisations.

« Les relations interculturelles en Europe sont en crise, les jeunes européens ont le plus grand intérêt de trouver des solutions à ce problème complexe » a déclaré le Baron Eric de Rothschild lors son discours d’ouverture. Il a remercié Madame Liz Mohn d’avoir accepté sa proposition de partenariat entre le Projet Aladin et la Fondation Bertelsmann. Il a ajouté que leur génération « a été bénie par des décennies de paix et de prospérité en Europe, et nous ferons tout notre possible pour que votre jeune génération jouisse de la même paix et de la même prospérité. »

Les ateliers du forum ont débuté le 26 juin par une entrevue avec la présidente du Projet Aladin, Leah Pisar, qui a commencé par répondre à la question de l'animatrice posée à tous les participants : "Quel est l'objet qui symbolise le mieux la cohésion sociale pour vous ?». Elle a montré au public un exemplaire du Journal d'Anne Frank traduit en arabe et a qualifié la puissante histoire d'espoir d'Anne Frank au milieu du désespoir, des poursuites, de l'exil et de la trahison : " Un lueur d’espoir pour des générations d’Européens de croire en vivre ensemble dans la paix et de tendre la main à l’Autre. " Leah Pisar a attribué l'histoire inspirante de son défunt père, Samuel Pisar, l'un des plus jeunes survivants d'Auschwitz, devenu plus tard conseiller du président Kennedy et médiateur de la paix sur la scène mondiale, à sa conviction inébranlable selon laquelle « il n'y a pas d’ennemis héréditaires. »

Stephan Vopel, directeur de la Fondation Bertelsmann, a parlé de son expérience personnelle en évoquant l'urgence et la nécessité de renforcer aujourd'hui la cohésion sociale en Europe  et de surmonter les nombreux défis et obstacles qui l’entravent.

Miriam Janke, Moderatrice; Stephan Vopel, Directeur de Bertelsmann Stiftung; Leah Pisar, Présidente du Projet Aladin; Tina Gadow, Consultante et partenaire chez Kessels and Smit - The learning Company

Lorenzo Marsili, Philosophe, auteur et co-fondateur de European Alternatives, Rome

Hanno Burmester, chargé de mission à Das Progressive Zentrum, a souligné les " Défis et opportunités pour la cohésion sociale dans des sociétés pluralistes " et a déclaré aux jeunes délégués que la cohésion sociale " commence par des actes désintéressés et authentiques de bienveillance au niveau local ". Il a déclaré que les vieux paradigmes concernant l'activisme et la politique des partis subissaient une profonde transformation, et qu'à présent n'importe qui était en mesure de faire une réelle différence en prenant l'initiative.  Il a ajouté : "Nous devons ouvrir des portes aux personnes qui sont différentes de nous."

Après ce discours, la première session d'atelier a été lancée au cours de laquelle chaque participant a été invité à présenter un projet qui contribuerait à une meilleure cohésion sociale. Les jeunes délégués avaient commencé il y a un mois des discussions en ligne animées par les organisateurs, et étaient préparés à ces conversations et échanges.

 

Une discussion animée sur le thème " Faire face à la diversité et au changement rapide - Bâtir des ponts pour la cohésion sociale d’un point de vue local " a été menée sous la forme d'une session de fishbowl avec l'adjointe au maire de Nice, Martine Ouaknine, et Marian Schreier, maire de Tengen en Allemagne. Un point culminant de la discussion a été la description par Martine Ouaknine du rétablissement de sa ville après l'horrible attentat terroriste du 14 juillet 2016 et de la façon dont les dirigeants des diverses communautés culturelles de Nice se sont réunis pour veiller à ce que le "vivre ensemble dans la paix et la diversité" soit préservé après cette expérience traumatisante.

Le matin du 27 juin, une séance de "café du monde" a incité les participants à réfléchir aux voies d'une véritable transformation de la cohésion sociale de l'Europe. Mina Jaf, fondatrice de Women Refugee Route (Copenhague) ; Anisah Osman Britton, militante LGBTQ de Londres ; la journaliste britannique Morgan Meaker et Aline Muylaert, PDG de CitizenLab (Bruxelles) ont participé à cette session.

Enfin, les délégués ont été divisés en cinq groupes pour discuter de ces sujets :

- Vivre ensemble pacifiquement par le dialogue interculturel - étude de cas : "Plus d'une histoire" avec Viktor Börjesson, animateur de jeunesse, Village international d'été pour enfants (Göteborg) ;

- Favoriser la résilience des communautés locales - étude de cas : Nurture Development, avec Chris Chinnock, responsable du développement commercial, Nurture Development (Dublin) ;

- Réduire les clivages politiques: promouvoir des discussions constructives et respectueuses - étude de cas: Le travail de la Fondation Amadeu Antonio Stiftung (Berlin), avec Christina Dinar, chef de projet de la fondation ; 

- Confiance en la démocratie : Renforcer la participation et la citoyenneté active - étude de cas : Democracy Labs, avec Matthias Löwe, animateur de l'atelier Democracy Labs ; 

- Création d'un "Nous Commun" : Construire des sociétés résilientes et ouvertes - étude de cas : "Giving Something Back to Berlin", avec la directrice exécutive de l'ONG Lucy Alice Thomas.

Les délégués se sont ensuite réunis en séance plénière pour discuter des mesures et actions concrètes qui pourraient être prises pour promouvoir une meilleure cohésion sociale et "vivre ensemble dans la diversité" à travers l'Europe.

Le forum s'est terminé par une interview des modératrices avec Abe Radkin au nom du Projet Aladin et Andreas Grau de la Fondation Bertelsmann.

"Ces trois derniers jours ont été une révélation pour moi personnellement, parce que l'énergie, l'enthousiasme et le sérieux de chacun d'entre vous dans cet exercice ont dépassé toutes nos attentes ", a déclaré Abe Radkin. "La croyance commune est que les jeunes Européens sont apathiques, désillusionnés, désintéressés et désengagés du débat concernant l'avenir de l'Europe et sur la manière dont les Européens de diverses origines vont vivre ensemble dans la paix et la démocratie. Avec vos idées sans fin, votre activisme social et vos fortes passions, vous nous avez montré que vous vous en souciez, que vous avez des solutions et que vous voulez du changement. Nous allons travailler avec notre partenaire, la Fondation Bertelsmann, pour nous assurer que vos idées et recommandations reçoivent un suivi efficace ", a-t-il ajouté. "Pour nous, ce forum n'a jamais été un événement ; il s'agissait d'une partie importante d'un processus, et ce processus ne fait que commencer tandis que nous continuons à travailler avec vous pour franchir une nouvelle étape.


 

 Copyright : Thomas Kunsch, Berlin