Dieudonné : Aurélie Filippetti soutient la circulaire Valls


06/01/2014

par Eric Hacquemand

Aurélie Filippetti, la ministre de la culture, a affirmé son soutien à la circulaire de Manuel Valls visant à empêcher la tenue des spectacles de l'humoriste controversé Dieudonné.

La ministre de la culture Aurélie Filippetti soutient sans réserve la circulaire de son collègue de l'Intérieur manuel Valls visant à empêcher la tenue des spectacles de Dieudonné dans un entretien publié mardi 7 janvier dans le Parisien/Aujourd'hui en France.Selon la ministre, la circulaire Valls "répond à une nécessité urgente : arrêter la propagande négationniste de Dieudonné".

La circulaire prise par Manuel Valls va-t-elle dans le bon sens ?

Aurélie Filippetti. Oui. Sans aucun doute. Elle répond à une nécessité urgente : arrêter la propagande négationniste de Dieudonné. Cette circulaire donne aux préfets les moyens d’intervenir pour empêcher la diffusion de ce spectacle gravissime. Le rappel de la jurisprudence est essentielle : le respect de la dignité humaine fait partie de l’ordre public. Or ce spectacle fait l’apologie du génocide des juifs.


«Le Mur», son spectacle, est-il une œuvre de création humoristique ?

Non. M. Dieudonné n’est plus un comique. Il est devenu un  négationniste et révisionniste. M.Dieudonné n’appartient plus au monde du spectacle. Il n’est plus du côté des artistes ou des créateurs. Quand on fait monter Faurisson(militant négationniste, Ndlr) sur scène, où est l’art ? M. Dieudonné ne peut pas se prévaloir de la création. Il est du côté de la propagande d’extrême droite. 

 a bien dit en 1988 sur le plateau de Patrick Sébastien que les «juifs étaient très riches, en tout». Sans être interdit...

Oui et Pierre Desproges a aussi dit qu’«on pouvait rire de tout mais pas avec n’importe qui...». Dieudonné, c’est l’inverse de Coluche et de Desproges»

Le même Desproges qui faisait rire en citant Himmler...

Mais quand Coluche ou Pierre Desproges faisaient cela, il n’y avait aucune apologie des crimes contre l’humanité. Et leur objectif était bien de dénoncer l’antisémitisme, la xénophobie. Corriger les moeurs par le rire, tel était leur crédo. Avec Dieudonné, c’est l’inverse, il faire rire pour mieux faire passer son message de haine. Coluche, Pierre Desproges étaient fins, au dessus de tout soupçon, et appartenaient à la grande tradition de la farce. Avec le «Mur» Dieudonné prétend faire rire. En fait, il est en dessous du niveau de la mer...

Un ministre de la Culture n’est-il pas là pour empêcher d’interdire? 

Je défends la liberté de création et d’expression. Mais Dieudonné ne peut plus se revendiquer du droit à l’humour, du droit à l’outrance. La liberté d’expression, ce n’est pas la liberté de négation ! Personne ne peut peut se retrancher derrière la liberté artistique pour éviter de tomber sous le coup de la loi pénale. Dieudonné a été condamné neuf fois ! La circulaire souligne aussi le caractère «exceptionnel» de telles interdictions. Je salue cette mention et j’y tiens. 

Craignez-vous une levée de boucliers des autres artistes ?

Non. Tout le monde partage cette exigence de ne pas donner des tribunes à des idées qui portent atteintes à la dignité de la personne. Dieudonné a sa petite entreprise qui peut remplir quelques salles. Mais ne parlons pas de succès populaire. Sa tournée aurait été une catastrophe et aurait constitué une régression par rapport à notre tradition démocratique. 

Etes-vous favorable à la fermeture du théâtre de la Main d’or ?

Je ne mets aucun veto a priori. Tous les supports juridiques permettant de mettre un terme à l’entreprise lucrative de M. Dieudonné doivent être étudiés. Le spectacle d’abord. Pour le reste, on travaille mais dans le respect de la loi. Il faut utiliser tous les moyens possibles face à ce multirécidiviste.

Manuel Valls n’en fait-il pas un peu trop ?

Malheureusement, la publicité de Dieudonné se fait toute seule, via notamment les réseaux sociaux. Il était important que le gouvernement puisse agir de manière rapide et déterminée. Sinon, c’était la prolifération. Les maires aussi avaient besoin de l’aide de l’Etat. Le ministre de l’Intérieur a bien fait de leur donner les moyens juridiques d’agir.

Dieudonné pourra-t-il se produire à Nantes jeudi ?

Je ne vois pas comment. La circulaire est claire. J’espère qu’on ne le verra pas monter sur scène. Ni à Nantes ni à Metz d’ailleurs, ni partout.