Concours de caricatures sur la Shoah: des centaines de dessins soumis


7 avril 2015

Plus de 300 artistes en provenance d'Iran et d’autres pays comme la France ou la Chine ont soumis leurs dessins pour le concours international de caricatures sur la Shoah de la République islamique.

"839 œuvres ont également été envoyées au secrétariat, 686 d'entre elles ont été transférées à la section bande dessinée et 153 autres sont liées à la section caricature," a déclaré Masud Shojaei-Tabatabaii, le directeur de la Maison du dessin humoristique d’Iran à l’agence de presse semi-officielle iranienne Fars.

Il s’agit du deuxième concours négationniste organisé par l’Iran depuis 2006.

Les organisateurs ont annoncé le lancement de la compétition controversée fin janvier en réponse à la décision du magazine satirique français Charlie Hebdo de publier des caricatures du prophète Mahomet.

312 artistes ont présenté des œuvres pour le concours, dont 104 artistes iraniens ainsi que 208 artistes en provenance de pays étrangers tels que le Brésil, la France, la Turquie et la Chine, a indiqué Shojaei-Tabatabaii.

Après l'annonce du concours en février, l’ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU avait écrit une lettre au secrétaire général Ban Ki-moon et aux représentants mondiaux, afin qu’ils condamnent l'événement.

"Le concours légitimise la négation de la Shoah et encourage les négationnistes à persister en ce sens", avait écrit Ron Prosor.

Le diplomate israélien a rappelé à Ban Ki-moon que "si l'ONU veut rester fidèle à ses principes et aux valeurs fondamentales auxquelles elle croit, il lui incombe de s’exprimer haut et fort contre l'antisémitisme", peut-on également lire sur le compte twitter de la mission israélienne.

Il a ajouté que le concours "se moque de l'un des événements les plus sombres de l'histoire de l’humanité, et dénigre la mort de millions de Juifs qui ont été assassinés. Les horreurs de la Shoah étant encore vives dans la mémoire collective".

Enfin, "le concours de caricatures viole la décision de la communauté internationale de perpétuer la mémoire de la Shoah et d’en tirer des lecons " a conclu l’Ambassadeur.