Bariza Khiari, Anne-Marie Revcolevschi et Jacques Andréani : « Nous ne laisserons pas faire ! »


 

Dans un appel commun prononcé par Bariza Khiari lors du dîner de rassemblement du Projet Aladin à l’Assemblée nationale le 12 juin 2014, la vice-Présidente du Sénat, la Présidente du Projet Aladin et l’Ambassadeur de France ont interpellé les nombreuses personnalités présentes, pour leur proposer un plan d’action commune face à la résurgence des crimes racistes et antisémites.  

Avant de prononcer l’appel, Madame Khiari a cité le maître sufi Moheïddine Ibn Arabî : « Les hommes sont les ennemis de ce qu’ils ignorent ». Ces mots, écrits au XIIème siècle, nous disent avec clarté ce qui oriente le Projet Aladin dans son action : la conviction qu’une éducation exigeante, porteuse d’une connaissance approfondie de ce qui fait le cheminement d’autrui, est la seule réponse viable pour parvenir à la paix entre les hommes, entre les citoyens et entre les nations.

La vice-présidente du Sénat a également souligné l’importance de continuer d’agir sur le front éducatif comme le fait le Projet Aladin depuis sa création en 2009, « pour former une jeunesse porteuse de dialogue, de justice et de paix ». 

Ci-dessous, le texte de l’appel prononcé par Madame Bariza Khiari:

Allons- nous laisser faire ?

Hier Toulouse et Montauban, aujourd’hui Bruxelles, et demain ?

Ces djihadistes tuent avec pour cible les juifs.

Leur haine s’est aussi abattue sur des chrétiens et des musulmans.

En réalité, c’est toute la communauté nationale qui a été frappée car ils veulent nous dresser les uns contre les autres.

 

Ce ne sont pas les valeurs de la France qui ont guidé leur arme.

Ce ne sont pas les valeurs de l’Islam.

C’est la haine antisémite  inspirée par le fanatisme et le terrorisme islamique.

Allons-nous laisser faire   ?

 

Nous allons, au contraire, redoubler d’efforts

Afin que soit mise en place une politique de tolérance zéro contre l’antisémitisme et le racisme,

Dans les écoles, les universités d’été pour le rapprochement des cultures, les lieux de cultes, les stades

La priorité est d’agir pour protéger et prévenir, ici et maintenant.

 

Sur le long terme, la première voie est l’Education,

Priorité des actions du Projet Aladin

Pour former une jeunesse porteuse de dialogue, de justice et de paix.

 

Renforcer les liens de fraternité entre toutes les identités qui composent la France,

Renforcer les liens d’amitié entre juifs et musulmans,

Telles sont les conditions du vivre-ensemble,

Indispensable à la République, notre Bien Commun.

 

C’est pourquoi nous ne céderons à aucune provocation.

Nous ne serons pas les otages des intégristes.

Non, nous ne laisserons pas faire !

 

 Anne-Marie Revcolevschi, présidente du Projet Aladin.

Bariza Khiari, vice-Présidente du Sénat et membre du Conseil d’administration du Projet Aladin.

Jacques Andréani, Ambassadeur de France et membre du Comité de conscience du Projet Aladin.