Ban Ki-moon salue la mémoire des victimes de l'Holocauste dans une synagogue de New York


 7 février 2016  

Lors d'une visite samedi de la synagogue de Park East à New York pour honorer la mémoire des victimes de l'Holocauste, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les peuples du monde à travailler ensemble "pour établir des passerelles entre les cultures, mettre fin à l'antisémitisme, aux préjugés contre les musulmans et toutes les autres formes de haine".

"Le monde est plongé dans une crise de protection", a déclaré M. Ban aux membres de la congrégation. "C'est pourquoi il est si important que nous n'oubliions jamais les leçons de l'Holocauste."

Le chef de l'ONU a affirmé que les témoignages des survivants de l'Holocauste rappellent au monde ce qui se passe lorsque l'inhumanité prévaut, mais, a-t-il dit, ils rappellent aussi "la force de l'esprit humain et la dignité et la valeur intrinsèque de chaque personne".

Cette année, les Nations Unies et leurs partenaires ont organisé plus de 120 événements axés sur le souvenir de l'Holocauste dans 36 pays, avec un accent particulier sur "l'Holocauste et la dignité humaine" dans le contexte de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste.

M. Ban a souligné que de nouveaux conflits et génocides ne pourront être évités "qu'en abattant les murs de l'intolérance et de la division".

"L'Holocauste a constitué un crime colossal. Six millions de juifs ont été systématiquement rassemblés et assassinés. Des millions d'autres ont été tués en même temps qu'eux - prisonniers de guerre, dissidents, membres de minorités comme les Roma et les Sinti, homosexuels et personnes handicapées", a-t-il rappelé, ajoutant que les preuves sont irréfutables et que les personnes qui le nient ne font que perpétuer des mensonges et tourner la douleur en dérision.

"Aujourd'hui, je suis profondément troublé par les massacres au Soudan du Sud, par la poursuite du carnage en Syrie et par les atrocités commises par Daech et Boko Haram", a-t-il dit. "Dans le climat actuel d'exacerbation des peurs et des exclusions, nous ne devons pas perdre de vue la vérité fondamentale selon laquelle tout être humain a de la valeur et naît avec des droits inaliénables, dont le droit à la dignité".

"Le souvenir de l'Holocauste nous guide en nous rappelant ce qui peut se produire lorsque nous perdons de vue notre humanité commune. C'est seulement en nous souvenant du passé que nous pouvons espérer façonner un meilleur avenir", a-t-il conclu.