Des personnalités africaines parlent de leur visite à Auschwitz


L’extrait du communiqué de presse de la Mairie d’Ouagadougou: 

 C’est peu de dire que l’édile de la capitale est rentré quelque peu bouleversé de son dernier voyage à Auschwitz, le plus important site du génocide des Juifs commis par le régime Nazi lors de la seconde guerre mondiale. Simon COMPAORE affirme avoir ressenti une forte émotion durant la visite effectuée sur place. L’approche a été voulue ainsi par le Projet Aladin.

Ce projet lancé en mars 2009 par l’UNESCO est resté fidèle à sa vision d’humaniser le monde. Le maire d’Ouagadougou, plusieurs autres maires de grandes villes, ainsi que des chefs d’Etat comme Abdoulaye WADE du Sénégal, l’ancien président du Benin Nicéphore SOGLO et d’éminents chercheurs ont été conviés le mardi 1er février 2011 sur ce site pour voir comment des autres hommes ont massacrés d’autres hommes. Le souvenir de ces actes a été perçu comme un devoir de mémoire par Simon COMPAORE. Selon lui, toutes les communautés devraient profiter de ce pèlerinage bien singulier pour dire «PLUS JAMAIS CA!» dans le monde. C’est pourquoi, il n’a pas hésité à s’y rendre pour faire entendre la voix du Burkina dans le concert des engagements en vue d’éviter que pareils actes se reproduisent dans n’importe quelle contrée du monde. Le maire reste d’ailleurs convaincu que la meilleure façon de traduire l’impact de la visite à Auschwitz, c’est de promouvoir les idéaux de paix, d’acceptation des différences.

Les personnalités présentes à Auschwitz ont lancé un appel universel à la paix et au respect, mais aussi contre le négationnisme, toute forme de racisme, d’antisémitisme, de xénophobie ou d’exclusion. La préservation de la paix universelle valait bien ce voyage organisé par le Projet Aladin.